back to top
jeudi, 18 juillet 2024
jeudi, 18 juillet 2024

La restauration des écosystèmes, une affaire de tous

À lire absolument

La journée mondiale de l’environnement a été célébrée cette dans la région de Fatick, samedi dernier. Le thème portant sur la restauration des écosystèmes est un appel, selon la tutelle, au rétablissement de l’harmonie dans la relation entre l’homme et la nature.

JOURNEE MONDIALE DE L’ENVIRONNEMENT

Cette année, les pays sont invités à restaurer leurs écosystèmes, une question de survie et de préservation des générations futures. A l’occasion de la journée mondiale de l’environnement, la commune de Toubacouta, plus précisément l’Aire marine protégée de Bamboung, a abrité la cérémonie officielle, occasion pour les élus locaux, les agents forestiers et les populations de plaider pour le renforcement du dispositif sécuritaire de cette AMP d’une superficie de 7000 hectares. ‘’Nous avons besoin de moyens logistiques pour que les agents puissent faire correctement leur travail de préservation de nos écosystèmes, surtout que cette AMP est classée patrimoine mondial de l’Unesco. Un poste de garde au niveau du mirador est nécessaire. Plusieurs jeunes de la localité travaillent de manière bénévole pour protéger cet écosystème, mais si, ces derniers ne reçoivent aucun salaire, à la longue, il leur sera difficile de faire un bon travail,  il faut penser à eux’’, insiste le maire de la commune.

Des doléances qui devraient être prises en compte, selon le ministre de l’Environnement, par le recrutement de tous les bénévoles et l’érection d’un poste de garde, d’ici octobre 2021. Pape Seydou Dianko invite ses administrés à dénoncer tout acte d’agression de la mangrove.

Le département de Foundiougne renferme plusieurs écosystèmes dont un insulaire et côtier, principalement, dans sa partie occidentale (arrondissement de Niodior) et celui de la mangrove avec Toubacouta comme épicentre. Il comprend 11 forêts et des réserves naturelles (Sokone, Missira…). Ces écosystèmes baignent dans un climat tropical semi aride et donc sous influence des régimes sahélien et soudanien. ‘’La grand diversité des écosystèmes fournit des ressources importantes aux communautés tels que des produits ligneux et non ligneux (bois de chauffe, de charbon de bois, feuilles de rônier,  racine et fruits de djitakh, pain de singe, moringa), sans compter le pâturage, la pêche et l’exploitation du sel. Malheureusement, la surexploitation combinée liée aux aléas pluviométriques accélèrent l’érosion côtière, la salinisation des sols, la forte dégradation des forêts, la raréfaction du poisson et la disparition de certaines espèces.

 Les facteurs tels les pratiques traditionnelles agricoles et les méthodes non durables d’utilisation des terres, la coupe abusive du bois, les feux de brousse, le changement climatique interagissent pour accélérer la dégradation des écosystèmes. Ainsi, la vulnérabilité des écosystèmes du département de Foundiougne aux aléas du changement climatique est manifeste. Nous avons donc la responsabilité d’assurer leur protection et leur restauration. Il y va de notre survie’’, détaille le premier vice président du conseil départemental Amadou Dème.

Vu cet état des lieux, le conseil a élaboré un document de planification départementale consacré au changement climatique, à l’environnement et à la gestion des ressources naturelles. ‘’’Nous rêvons d’un monde où les zones humides sont précieuses et nourries par leur beauté et la vie qu’elle soutienne. Face aux changements climatiques, on doit mettre un accent sur les jeunes et les femmes dans la restauration des écosystèmes. Chacun et chacune d’entre nous doit agir. Compte tenu de l’imminence de l’exploitation du pétrole offshore, les activités portuaires, en plus des fortes pluies à venir, nous devons nous investir dans de petites actions à portée de tout un chacun: faire pousser des arbres, verdi notre cadre de vie, réaménager nos jardins et ôter les déchets le long des côtes’’, renchérit M. Dème.

‘’Il est plus qu’urgent de développer des stratégies…’’

Dans cette zone éco-géographique du Delta du Saloum, qui héberge sur 64 000 ha, l’une des plus belles formations de mangrove du Sénégal, la dégradation a atteint, depuis 1980, plus de 25% des superficies couverte. Une situation due surtout à une exploitation abusive des ressources procurées par les mangroves qui jouent un rôle primordial dans le développement socio-économique local. ‘’A l’heure où la crise sanitaire de la Covid-19 a fini d’engendrer les germes d’une récession inédite des économies, il est plus qu’urgent de développer les stratégies les plus appropriées, afin de contenir ou de contourner toute forme de crise que la planète pourrait traverser. Dans cette perspective, il me semble important de relever que la lutte contre la dégradation des écosystèmes naturels et la perte de biens et services qu’elle engendre, doit plus que jamais retenir notre attention’’, soutient le ministre Abdou Karim Sall.

La préservation des écosystèmes revient, assure-t-il, à réduire les risques de pandémies d’origine zoonotique. Loin d’être une manifestation festive, l’autorité estime que la Journée mondiale de l’environnement est ‘’un moment de réflexion, un moment d’introspection, mais aussi, un moment d’action pour repenser et recadrer nos rapports avec notre environnement, notre milieu de vie’’.

Elle invite  les populations locales, les autorités administratives, territoriales, religieuses, coutumières, ainsi que l’ensemble des partenaires au développement, à se mobiliser davantage pour la conservation du patrimoine naturel sénégalais. Entre 2012 et 2020, six nouvelles Aires marines communautaires protégées (AMP) ont été créées, en plus du classement, depuis plus de 50 ans, de neuf nouvelles forêts. Il est également prévu un renforcement de moyens techniques et le recrutement de 200 agents, cette année, qui seront repartis entre la Direction des Eaux et forêts, celle des parcs nationaux et la Direction des Aires marines protégées. 

Selon une étude de l’ONG Wetlands international, les mangroves contribue à hauteur de 964 milliards F CFA au développement local sur une période de 10 ans. Selon son directeur régional, cette étude démontre qu’en restaurant et en conservant de manière durable les mangroves le gouvernement du Sénégal économiserait d’importantes ressources qui serviraient à construire les digues de protection contre l’érosion. Pour ce faire, une stratégie de restauration des écosystèmes de la mangrove est en cours d’élaboration.

L’Aire marine protégée de Bamboung se situe dans la région de Fatick et polarisent 13 villages dont Toubacouta, Dassilamé Sérère et Banny.

Clothes can transform your mood and confidence. Fashion moves so quickly that, unless you have a strong point of view, you can lose integrity. I like to be real. I don’t like things to be staged or fussy. I think I’d go mad if I didn’t have a place to escape to. You have to stay true to your heritage, that’s what your brand is about.

- Advertisement -spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img
Dernières nouvelles

RETRO ENVIRONNEMENT : La tutelle au cœur de multiples rebondissements

Au centre de plusieurs actualités qui ont défrayé la chronique, le secteur de l’Environnement et du développement durable a...
- Advertisement -spot_img

Articles similaires

- Advertisement -spot_img